Accueil > Accouchement > Déroulement accouchement > Reconnaître les vraies contractions



Reconnaître les vraies contractions

Toutes les futures mamans sont confrontées aux mêmes craintes : ne pas être en mesure de reconnaître les vraies contractions utérines qui marquent le début du travail ! Deux types de contractions sont possibles durant la grossesse, les vraies et les fausses. Pour vous aider à faire la distinction, Bebetou a mené l’enquête !

Les fausses contractions

L’utérus est un muscle creux composé de fibres qui se superposent en trois couches. Dès la 14ème semaine de grossesse, il se développe énormément et se prépare déjà en vue de l’accouchement. Sans cesse stimulé, il réagit et se contracte : bienvenue dans l’univers des fausses contractions dites de Braxton Hicks !

Surtout, pas de panique : très fréquentes au cours de la grossesse, les contractions de Braxton Hicks sont purement physiologiques et parfaitement indolores. Elles n’ont d’ailleurs aucune influence sur la dilatation du col de l’utérus. Elles permettent néanmoins de bien positionner bébé à l’intérieur de sa petite poche de liquide amniotique !

Comment reconnaître les contractions de Braxton Hicks ?

Contrairement aux vraies contractions, celles de Braxton Hicks ne sont ni douloureuses, ni régulières. Elles peuvent cependant entraîner une très légère gène respiratoire. Les réactions qu’elles provoquent sont physiologiques : le ventre devient tout dur. En règle générale, une fausse contraction peut durer 1 à 2 minutes. Lorsqu’elle se dissipe, le ventre redevient souple. Les contractions de Braxton Hicks surviennent la plupart du temps en fin de journée, notamment lorsque la future maman est fatiguée ! Dès le 7ème mois, elles s’intensifient et peuvent devenir plus nombreuses : 10 à 15 par jour !

Bien que leur survenue soit normale au cours de la grossesse, il est recommandé d’être vigilante : si ces contractions devenaient douloureuses, régulières ou accompagnées de perte de sang, n’attendez pas pour consulter la sage-femme ! Mieux vaut prévenir que guérir.

Les vraies contractions utérines

Si vous êtes enceinte pour la toute première fois, la survenue des vraies contractions utérines est certainement un sujet qui vous préoccupe beaucoup ! Ce sont ces contractions qui amorcent un accouchement en provoquant la dilatation du col de l’utérus (1 cm par heure pour un premier accouchement). Elles annoncent le début de la phase de travail tant redoutée... Les vraies contractions permettent l’effacement du col utérin ainsi que la dilatation de son orifice pour permettre au bout’chou de passer. Ce sont elles qui font descendre le foetus vers la sortie jusqu’à son expulsion ! Leurs caractéristiques n’ont rien de similaires à celles de Braxton Hicks.

Comment reconnaître les vraies contractions ?

Les décrire est difficile, d’autant plus que les sensations qu’elles génèrent diffèrent selon les femmes. Nous n’avons pas toutes la même résistance physique et mentale à la douleur ! Toutefois, je ne me tromperai pas en vous affirmant qu’elles sont comparables à des crampes, des spasmes ou encore des douleurs menstruelles. Les sensations sont à peu près similaires. Autant vous réconforter tout de suite : les femmes habituées aux règles douloureuses endureront plus facilement les contractions.

Comment reconnaître les vraies contractions ?

Les vraies contractions utérines ont des caractéristiques qui ne trompent pas :

- Elles suivent un rythme régulier :
Les contractions qui marquent le début du travail sont régulières, on peut d’ailleurs noter le temps qui s’écoule entre deux contractions grâce à un chronomètre. A vos montres ! Au début, 30 minutes s’écoulent entre chaque contraction. Puis au fur et à mesure, l’écart de temps s’amoindrit : 15mn, puis 10mn, puis 5mn... Plus le temps passe, plus les contractions sont rapprochées.

- Elles sont de plus en plus fréquentes :
Les vraies contractions ne cesseront pas tant que bébé ne sera pas sorti ! Au fil des heures, elles sont de plus en plus fréquentes par tranche d’heure.

- Elles sont de plus en plus longues :
Les toutes premières contractions sont très brèves et très éloignées ! Plus on s’approche de la naissance de bébé, plus elles sont longues. Chaque contraction dure plus longtemps que la précédente. Au début, elles ne durent que quelques secondes... mais après... c’est une autre paire de manches !

- Elles sont de plus en plus douloureuses :
La douleur des contractions utérines s’intensifie au gré des heures qui passent. Les toutes premières peuvent même passer inaperçues car la douleur est similaire à un simple mal de ventre. Plus l’accouchement approche, plus la contraction est douloureuse. Pour cette raison, n’hésitez pas à demander la péridurale sans vous sentir coupable !

- Elles montent sous forme de vagues :
Si je devais vous donner une image, je vous dirai que les vraies contractions sont semblables à des vagues qui montent, qui montent, qui montent... et qui redescendent. La douleur provoquée n’est pas diffuse. Elle monte crescendo ! Lorsque la contraction survient, la douleur est très légère... mais au fil des secondes, elle s’accentue et monte comme une grande vague pour atteindre un pic très douloureux qui ne dure que quelques secondes. Une fois le summum de la douleur atteint, la contraction diminue et s’estompe à l’image d’une vague qui redescend.

A SAVOIR : l’article Quand partir à la maternité ? pourrait bien vous être utile, alors, n’hésitez pas à le consulter !

Quelques conseils :

- Entre deux contractions, ne focalisez pas votre esprit sur la crainte d’une nouvelle contraction qui ne va pas tarder à faire son apparition ! Profitez simplement de ce temps de soulagement et dites-vous bien que chaque contraction surmontée vous rapproche de la rencontre avec votre bébé. Gardez en mémoire cette image : une contraction survient = bébé descend un peu plus vers la sortie :)

- Relaxez-vous... Le stress entraîne la contraction des muscles et accentue les douleurs. Prenez plutôt un bain ! L’eau chaude favorise la dilatation du col et détend l’ensemble des muscles. (Si vous avez déjà perdu les eaux, oubliez l’idée du bain, vous n’y avez pas le droit, courrez à la maternité sans attendre !)

- Si c’est votre premier bébé, il est inutile de partir à la maternité dès les premières contractions ! La durée du travail pour un premier accouchement ? Entre 8h et 14h ! Prenez le temps de vous relaxer chez vous, ce sera plus agréable que d’être à la maternité en salle de préparation... Je vous conseille de noter la fréquence des contractions ! A vos montres : lorsqu’il s’écoulera 5-10 minutes entre chaque contraction, filez à la maternité... l’accouchement ne va plus tarder ! Si la maternité n’est pas à proximité de votre domicile, partez un peu plus tôt !

- Quelque soit la méthode de préparation à l’accouchement choisie, mettez en pratique les exercices de respiration appris pendant les séances.

- Attention ! Pour les femmes multipares, la phase de travail est plus courte, ne traînez pas trop avant le top départ !

- N’ayez pas peur d’aller à la maternité même si c’est une fausse alerte ! Vous ne serez pas ridicule... Si vous êtes en faux travail, pas de panique : généralement il précède de quelques jours l’arrivée du vrai travail !

- Le futur papa... au boulot : rassurez la future maman, soyez un soutien inébranlable pour votre dulcinée qui est certainement terrassée par la peur de l’inconnu et qui s’apprête à donner la vie ! N’oubliez pas de mettre dans le coffre de la voiture la valise de maternité et la valise de bébé !




Un commentaire, une réaction, une question ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 commentaires

  • Etha 2 janvier 2014

    Merci pour tous ces conseils. J’ai été confrontée à ces craintes pendant ma première grossesse... l’inconnu et effectivement : la peur de ne pas reconnaître les vraies contractions.

    Les caractéristiques des vraies contractions sont très bien expliquées dans cet article. C’est tout à fait ça ! On les reconnaît rapidement, même si c’est un premier bébé.

    J’ai suivi vos conseils pendant la phase de travail : j’ai pris un bain et je suis restée chez moi le plus longtemps possible. Les premières contractions sont arrivées dans la nuit lorsque je dormais (vers 3h du matin)... de temps en temps, j’avais un peu mal au ventre, mais dans mon sommeil, je n’ai pas réalisé qu’il s’agissait de contractions car elles étaient très très courtes. Vers 6 heures, je me suis levée car elles étaient de plus en plus longues et de plus en plus intenses (mais les contractions étaient bien moins douloureuses que ce que j’avais imaginé ! Bonne surprise !) Pour ne pas me focaliser sur les contractions, j’ai passé un moment à écouter de la musique pour me détendre et j’ai pris un bain. Je me suis sentie beaucoup mieux, j’étais plus zen et les contractions semblaient moins douloureuses... Mon mari a été un véritable soutien : ses encouragements et son affection m’ont beaucoup apporté... et je crois que c’est important pour la future maman de se sentir soutenue par le papa. Lorsqu’il y a avait une contraction, j’imaginais mon bébé descendre un peu plus vers le bas, je me disais qu’à chaque contraction, notre rencontre se rapprochait. Ces deux images m’ont beaucoup aidé à mieux "accepter" et à mieux supporter les contractions. Autre conseil qui m’a été très utile : entre deux contractions, je me reposais et j’évitais effectivement de penser à la prochaine. Cet état d’esprit positif m’a aidé à être plus sereine (j’avais donc moins mal) et j’avoue que j’étais en forme pour l’expulsion.

    Pour le top départ vers la maternité, c’est mon mari qui s’est chargé de chronométrer les contractions (ouf !) : nous sommes partis lorsqu’il s’écoulait 5 minutes entre chaque contraction. Quand je suis arrivée, la sage-femme m’a félicité d’avoir été courageuse :) le col était ouvert à 6 cm ! Alors je suis passée directement en salle d’accouchement. J’ai accouché à 15h d’un beau bébé de 3,820 kilos ! Ca s’est super bien passé (pas de forceps, ni d’épisiotomie, ni de césarienne...) j’ai eu un magnifique accouchement. Lorsque j’y pense, ça me fait sourire, c’était l’un des plus beaux jours de ma vie.

    Merci pour vos conseils qui ont été très précieux le jour où bébé est arrivé, je pense sincèrement que ça a facilité mon accouchement. J’espère que les mamans qui ont des peurs (comme moi pendant la grossesse) vivront elles aussi un merveilleux accouchement... J’ai lu sur d’autres sites beaucoup de commentaires qui malheureusement relataient des accouchements difficiles et douloureux. Par mon expérience, j’aimerais beaucoup rassurer certaines futures mamans qui sont inquiètes et surtout leur souhaiter un bel accouchement. Bon courage à toutes !

  • Aurele 23 février 2015

    Merci pour cet article et merci beaucoup pour le commentaire de Étha qui est hyper positif et très rassurant... Je suis à 3 semaines du terme et ce genre de commentaire fait vraiment du bien à lire...

  • eva 23 février 2015

    Merci pour les conseils !
    J’ai une petite question : quand c’est une 2ème grossesse, le travail dure combien de temps à peu près ?

  • Flora 23 février 2015

    Bonjour,

    pour une première grossesse, la phase de travail dure en moyenne entre 8 et 14h. Mais chez la femme multipare (femme qui a accouché plusieurs fois) la phase de dilatation est généralement moins longue : en-dessous de 8h. Le temps de travail dure donc 6 à 8 h de moins lorsqu’il s’agit d’une 2ème ou d’une 3ème grossesse.

    Courage pour la suite !
    Flora