Accueil > Eveil de bébé > Apprentissage de la propreté > Bébé et le pot : quel âge ?



Bébé et le pot : quel âge ?

L’apprentissage de la propreté marque le début d’une nouvelle ère pour bébé et pour ses parents : vive l’autonomie ! En effet, cette grande nouveauté est le signe évident et visible que le Bout’Chou est désormais capable de maîtriser son corps comme un grand. Explications.

A quel âge bébé va au pot ?

Il n’y a pas d’âge précis pour commencer à aller au pot ! Chaque enfant avance à son petit rythme. La propreté ne s’apprend pas vraiment, elle se découvre et elle se vit avant tout par le bout’chou qui réalise le fonctionnement de son propre corps.

Bébé est prêt pour le pot !Le petit enfant devient propre lorsqu’il est capable de reconnaître la sensation d’aller à la selle ou d’uriner. La propreté c’est donc avant tout une prise de conscience qui survient dans la plupart des cas soudainement et naturellement au cours de la 2ème année.

Pour certains, cet "apprentissage" commence plus tôt, notamment pour les filles qui sont généralement plus précoces que les petits gars dans ce domaine. Et pour d’autres un peu plus tard, au moment d’entrer en maternelle par exemple... Il n’y a donc pas de règle précise.

L’important pour vous en tant que parents, c’est surtout de suivre le petit rythme de bébé sans lui mettre la pression pour qu’il devienne propre rapidement. Évitons de parler de caca et de pipi toute la journée à nos enfants, il y a tant de choses à découvrir ! Aborder le sujet avec son enfant pour le familiariser est en effet essentiel, mais il ne faut pas en faire une obsession. Il est primordial de ne pas brusquer les choses, de ne pas vouloir aller trop vite et surtout, de ne jamais forcer son bout’chou à aller sur le pot s’il n’en n’a pas envie !

L’âge de la propreté : un sujet à controverses

On dit que "l’apprentissage" de la propreté se fait généralement entre 18 et 36 mois... Mais ce n’est qu’une moyenne car le sujet divise en réalité un grand nombre de professionnels.

En effet, dans notre société, beaucoup de personnes cherchent à accélérer cet apprentissage et à faire de la propreté un véritable sujet obsessionnel, une course à la montre ! Dans cette perspective qui me semble pourtant prématurée, certains spécialistes contemporains s’accordent sur un âge moyen de 15 à 20 mois pour apprendre à aller au pot. Certains professionnels avancent au contraire que mettre un enfant sur le pot à 18 mois (ou avant) est inutile et finalement totalement décalé. Pourquoi ? Parce qu’à cet âge, le bébé ne réalise pas encore que le caca et le pipi viennent de lui. Il n’a pas encore eu de prise de conscience du fonctionnement de son corps. A 18 mois, le bambin quitte seulement "le statut" de nourrisson pour devenir un petit enfant ! Parler de caca et de pipi est pour lui certainement moins intéressant que les chansonnettes que vous lui chantez à longueur de journée ! Finalement, les parents ne sont pas maîtres du jour d’acquisition de la propreté de leur enfant car la propreté ne peut venir que du bout’chou. C’est seulement au cours de la 2ème année qu’il réalise soudainement que ses selles et ses urines sortent de lui. Pour cette raison, tant qu’il n’y a pas de prise de conscience, le mettre sur le pot semble prématuré. Certains psychanalystes de renom (Dolto, Spock...) situent l’âge de la propreté entre 28 et 36 mois : au moment où l’enfant décide d’aller sur le pot de lui-même.

Mais alors, que penser de tout ça ? Qui croire ? Difficile à dire car tout le monde a son avis. 8 enfants sur 10 deviennent propres spontanément et naturellement. Inutile de presser les choses, faites confiance à votre bout’chou tout en le guidant est la meilleure des solutions je pense. Inutile de comparer votre bébé au fils de la cousine Gertrude qui crie sur tous les toits que son enfant est propre depuis l’âge de 15 mois ! La propreté n’est pas une course à la montre, ni une compet’... C’est avant tout une prise de conscience et une découverte qui se vit au quotidien.

Acquisition de la propreté : comment ça se passe ?

Cette étape importante qui marque le début de l’autonomie est généralement assez progressive dans la vie du bout’chou. En effet, avant que le bambin devienne propre, la prise de conscience se fait graduellement : elle fait son petit bonhomme de chemin dans son esprit tranquillement, avec le temps. Ensuite seulement, cette découverte va amener l’enfant à faire ses expériences et à vous demander du jour au lendemain le pot pour faire ses besoins ! En attendant, vous pouvez aborder le sujet occasionnellement sans pour autant faire du pot le sujet de conversation n°1 car l’excès de pression peut inhiber la prise de conscience et donc retarder le jour de la propreté.

Dans un premier temps, il est recommandé d’utiliser le pot plutôt que le réducteur de toilette : l’enfant s’y sent plus en sécurité, il est également plus stable. Au tout début, le "grand bébé" commence à devenir propre en journée mais continue de porter des couches durant la nuit ou pendant les siestes parfois. Il dit "pipi" ou "caca" avant de faire et sent lorsque ça va arriver. Il faut attendre 4 à 7 jours de succès pour que l’enfant soit prêt à abandonner définitivement la couche pour porter une culotte ou un slip de coton. Vous devez ensuite compter 6 mois de plus pour que le bout’chou se sente prêt à dormir sans couche. Bien entendu, des "petits accidents" et des rechutes peuvent toujours survenir de temps en temps. Si ça arrive, ne vous focalisez pas sur ces fautes de parcours, évitez de le gronder et de lui laisser ses vêtements souillés pour qu’il comprenne ce que c’est que d’être sale. Faites preuve de patience et de souplesse et soyez un soutien inébranlable pour votre enfant.

La grande majorité des bout’choux apprennent en premier à aller à la selle. Lorsque la chose est bien assimilée, ils apprennent ensuite à soulager leur vessie.

Comment savoir si bébé est prêt pour le pot ?

Votre bébé saura semer sur son chemin les indices vous indiquant qu’il est bel et bien prêt pour le pot ! Vous pouvez néanmoins préparer le terrain en expliquant les choses de façon simple, en lui lisant des histoires sur le sujet, en lui proposant de vous accompagner aux toilettes ou en favorisant des jeux qui l’aideront à comprendre l’utilité du pot. De cette manière, vous optez le stress de mal faire qui pourrait retarder ou interférer sa prise de conscience. Laissez-lui le temps de découvrir, c’est respecter son rythme et son corps. Parents, ne vous sentez pas coupables de laisser votre enfant grandir et comprendre naturellement sans le soumettre à une pression inutile qui peut créer des blocages ! Peu importe si ça met un peu plus de temps, l’important c’est de respecter son développement... la pression éducative concernant la propreté est stressante pour un enfant. Vouloir presser les choses, être convaincu qu’il est capable de faire alors qu’il ne l’est pas, le mettre en situation d’échec plusieurs fois par jour ou le punir parce qu’il a fait par terre sans demander à aller au pot n’est vraiment pas la solution.

Faites confiance à votre bébé ! La réceptivité à devenir propre ne doit pas être dictée par l’âge du bambin. Les parents ont le devoir d’être disponibles, attentifs et surtout... patients ! A 18 mois, le réflexe du contrôle sphinctérien est mature : le bébé est donc capable d’exercer un contrôle sa vessie et sur ses intestins. Mais la maturation psychologique ne concorde pas toujours avec cette maturation physiologique... là est la réponse au mystère ! Avant de proposer le pot, il faut ainsi évaluer la réceptivité de l’enfant à devenir propre en tenant compte de ses capacités sociales, motrices, langagières et également de la relation qu’il entretient avec ses parents. Certains petits indices vous indiqueront le moment idéal pour commencer... Voici les signes de la réceptivité du bambin :

- il sait marcher
- il peut s’asseoir et rester stable une fois assis
- il peut se relever tout seul
- il manifeste un intérêt certain pour le pot et a saisi son utilité
- il aime vous imiter, il veut faire comme un grand
- il est capable de communiquer ou verbaliser son besoin d’aller au pot
- il a un désir d’indépendance : il dit "pipi" ou "caca" avant de faire et sait donc exercer un contrôle sur sa vessie ou sur ses intestins au bon moment.

Vous avez toutes les clés en main pour accompagner bébé sur le chemin de la découverte de son petit corps. Vous pouvez également consulter notre article "Propreté : conseils pour accompagner bébé". Bonne route :)




Un commentaire, une réaction, une question ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 commentaires

  • Denise 23 avril 2014

    Bonjour,

    merci pour cet article que j’ai trouvé personnellement passionnant ! Je suis en plein dans le sujet avec mon fils qui a 2 ans et 3 mois.

    Depuis environ 4 mois, il dit "caca" avant de faire, alors je lui propose le pot et il fait volontiers :) C’est un bon début ! Depuis plusieurs jours, je me demande quand est-ce qu’il sera prêt pour faire pipi au pot car depuis quelques semaines, je l’entends dire "pipi" à certains moments de la journée. Alors, il y a deux jours, j’ai abordé le sujet avec lui et je lui ai parlé de cette manière : "Maman a remarqué que tu disais "pipi" avant de faire... Est-ce que tu voudrais que je t’enlève la couche en journée ? Comme ça, tu pourrais aller faire pipi dans le pot plus facilement ? Ensuite, pour le dodo, je remettrai la couche." Alors, il m’a répondu : "Oui, d’accord". Le lendemain, je lui ai demandé s’il était toujours d’accord pour le retrait de la couche et la réponse fut encore positive. Du coup, il est resté sans couche toute la matinée... Au bout de quelques minutes, il a crié "pipi" et s’est précipité vers le pot ! J’ai dit à mon mari "ça me semble trop beau pour être vrai !". Alors, j’ai demandé à mon fils : "Tu as fais quelque chose dans le pot ?" Il me répond : "Pipi". Je l’ai laissé quelques minutes seul puis de temps en temps je lui demandais s’il avait fini. Il répondait : "Encore, pipi". Quelques instants après, il s’est retiré et j’ai effectivement constaté qu’il y avait eu plusieurs pipis car la quantité d’urine était importante. Nous l’avons bien évidemment félicité. En fin de matinée, il y a eu tout de même un petit accident... oups ! Je ne l’ai pas grondé et je lui ai dit que ce n’était pas grave... Il semblait même étonné que l’urine coule le long de ses jambes :) Le lendemain, avec son accord, on a renouvelé l’expérience et il s’est montré beaucoup plus "efficace" : il n’y a eu aucun accident de toute la matinée et il a demandé 3 fois tout seul, de lui même pour aller faire pipi au pot ! Pareil pour caca :) J’attends la suite des événements avec impatience...

    Je trouve que mon expérience confirme ce que vous avez écrit dans l’article... Après, je suppose que ça ne se passe pas de la même façon pour tous les enfants ! Merci pour l’article, les conseils, les explications et les différents points de vue donnés !

    Denise

  • Denise 1er juillet 2014

    Bonjour,

    c’est moi qui ai posté le commentaire ci-dessus. Je reviens pour vous raconter la suite des événements, comme promis ! Mon fils a donc été propre pendant 7 jours consécutifs après que j’ai posté le commentaire le 23 avril 2014 (il continuait tout de même de porter la couche la nuit et pendant la sieste de l’après-midi). Après ce "succès", il est entré dans une phase de rechute : il ne voulait plus du tout aller sur le pot ! Je ne sais pas pourquoi. Je n’ai pas insisté de peur de créer un blocage. Il a donc recommencé à faire dans sa couche... pipi et caca ! J’étais assez perplexe bien que je savais qu’il pouvait y avoir des rechutes et des accidents ! Mais dans mon esprit, je ne pensais pas que la période de rechute pouvait durer aussi longtemps... en fait, j’imaginais de simples accidents de temps en temps.

    Quelques semaines après, j’ai vu au magasin un réducteur de toilettes de la marque Cars (mon fils adore les voitures !). Je lui ai acheté mais sans trop y croire du fait qu’il ne voulait plus du tout aller sur le pot. Je pensais aussi qu’il n’était pas prêt pour les toilettes. En revenant, je lui expliqué comment placer le réducteur sur les toilettes et je me suis assise dessus pour lui montrer comment faire. J’ai laissé le réducteur sur les toilettes et je n’ai pas insisté. 5 minutes plus tard, il vient en courant, me prend par la main et me dit "Pipi toilette". J’étais très surprise ! Ensuite, ça a continué... Depuis cet achat, il est redevenu propre. Il ne porte plus du tout de couche, pas même au magasin ou en ballade (juste la nuit, et encore, même la nuit il est propre...). Je le laisse seul pour faire la grosse commission car il veut que je sorte lorsqu’il est sur le "trône". Quand il a fini, il m’appelle : alors je le descends des toilettes et il tient absolument à tirer la chasse tout seul. Je constate qu’il a même évolué car maintenant il est capable de se retenir plus longtemps.

    Voilà... Je n’ai pas d’explication concernant sa période de rechute (ce qui s’est passé dans sa petite tête) et sur son refus d’aller sur le pot... Je ne sais pas si le réducteur de toilette a été une sorte de déclic pour lui : peut-être s’est-il senti grand de faire pipi sur les toilettes comme papa et maman ? Enfin... pendant la phase de rechute, je me suis souvenue des conseils de cet article qui m’ont été très précieux : j’ai certainement évité certaines erreurs :) Cela m’a aussi évité de faire une fixette la-dessus (alors que des gens me disaient : il n’est pas encore propre !).

    Aujourd’hui, je suis contente car la propreté est venue de lui seul. J’espère que ce témoignage pourra être utile à d’autres mamans... encore merci pour les conseils et les infos de votre article !

    Denise

  • Nimouh 13 janvier 2015

    Bonjour à toutes et à tous !

    Merci pour cet article complet et merci Denise pour votre témoignage, c’est rassurant, surtout la deuxième partie...

    Mon fils a 2 ans et 2 mois aujourd’hui. Depuis ses 12 mois, il y a un pot à la maison. Evidemment, il n’était pas destiné à cette époque à ce qu’il l’utilise, mais plutôt à ce qu’il s’y habitue. Il l’a rapidement utilisé comme un jouet et quand il a eu 18 mois et qu’il a commencé a évoquer "caca", il ne voulait rien savoir de ce pot. Il faisait simplement parti de ses jouets...

    Nous avons donc acheté un réducteur de toilettes avec des poissons (il adore les poissons :)) et dès qu’il fut installé il l’a utilisé pendant quelques jours, à chaque fois pour "caca" car le pipi le surprenait encore. Ceci s’est produit vers 18/20 mois. Puis plus rien, il demandait d’aller aux toilettes mais une fois installé il voulait simplement jouer avec le papier ou tirer la chasse d’eau...

    Il va à la crèche depuis ses 10 mois et aujourd’hui nombreux des enfants de sa section sont "propres", ils utilisent des petits toilettes adaptés et je pensais que ceci allait le motiver. Il annonce systématiquement "pipi" ou "caca", pourtant, il refuse catégoriquement d’aller au pot ou dans les toilettes. Je ne suis pas inquiète, je sais qu’il est encore jeune, toutefois je suis surprise de ce reversement de situation. Pourtant, nous ne nous avons jamais mis la pression à ce sujet.

    Je sais que l’introduction du pot trop vite dans la maison a eu exactement l’effet inverse, toutefois, je me demande si dorénavant il n’essaie pas de nous tester en voulant à tout prix mettre une couche lorsque lui vient l’envie et refuse les toilettes ou le pot.

    Je vais essayer de mettre en pratique les conseils évoqués dans cet article ainsi que ceux de Denise.
    Merci à vous