Accueil > Accouchement > Déroulement accouchement > Les contractions utérines



Les contractions utérines

Les mamans enceintes pour la toute première fois sont rapidement confrontées aux peurs générées par l’inconnu : les contractions utérines, le déroulement d’un accouchement... Des sentiments paradoxaux et de nombreuses questions germent alors dans l’esprit des futures mamans : peur d’avoir mal, craintes de ne pas savoir quand partir à la maternité, excitation de rencontrer bébé, stress... Ne soyez pas inquiète : vos questions concernant les contractions utérines ont des réponses. Ne pensez pas qu’elles sont insurmontables ! Si vous êtes correctement informée, vos craintes se dissiperont, vous serez alors complètement détendue et apaisée le jour où les contractions surviendront. Et si vous êtes sereine le jour J, vous n’avez rien à redouter : vous serez en mesure de gérer plus facilement le travail et d’endurer beaucoup plus efficacement la douleur des contractions.

L’utérus et les contractions

L’utérus... C’est quoi exactement ? Il faut savoir que l’utérus est un organe creux dont la forme est semblable à celle d’une poire. Au cours de la grossesse, sa taille passe de 8 cm à 35 cm !

Véritable muscle à part entière, il est majoritairement constitué de fibres qui se superposent en trois couches. Comme tous les muscles du corps humain, cela signifie qu’il possède la particularité de pouvoir se contracter et se décontracter par le phénomène de contraction musculaire. Pour cette raison, il est le siège de contractions au cours de différentes périodes de la vie d’une femme : ovulation, règles, accouchement... Tant qu’il ne manifeste pas sa contractilité, l’utérus est en quelque sorte un muscle qui sommeille !

Mais dès qu’il accueille bébé, des hormones bénéfiques au bon déroulement de la grossesse sont sécrétées, notamment, la progestérone. C’est l’augmentation du taux de cette hormone qui va entraîner la dilatation du col de l’utérus. Entre le 3ème et le 4ème mois de grossesse, les fibres musculaires de l’utérus se modifient et s’accroissent : il peut déjà se contracter ! La grossesse est encore toute "jeune" mais lui se prépare déjà à l’accouchement. Dès lors, il réagit aux différentes stimulations (fatigue, voyage long en voiture, effort un peu violent, station debout prolongée...) en se contractant : surgissent alors de fausses contractions, dites contractions de Braxton Hicks. Pas de panique... Il ne s’agit que de contractions physiologiques qui entraînent un durcissement du ventre pendant 1 à 2 minutes. Elles ne sont en aucun cas douloureuses et régulières. Elles n’ont d’ailleurs aucune influence sur la dilatation du col !

L'utérus et les contractionsAu fil de la grossesse, le muscle utérin prend de la force jusqu’au jour où... surviennent les vraies contractions : le travail a commencé, bébé ne va pas tarder à se montrer ! Au moment de l’accouchement, il est doté d’une force assez considérable pour expulser le foetus par ses propres contractions.

L’illustration ci-dessus présente l’évolution de la position du foetus dans l’utérus en fonction des contractions : lorsqu’une contraction survient, l’utérus pousse le bébé vers le bas... lorsque la contraction se dissipe, le foetus remonte. D’où l’importance de pousser au moment de la contraction afin de pouvoir expulser le bébé !

Les vraies contractions utérines

Ne les redoutez pas... elles sont vos alliées ! C’est grâce aux contractions utérines que le travail se déclenche naturellement. Elles vont ainsi permettre l’effacement du col utérin ainsi que la dilatation de son orifice pour permettre au bout’chou de passer...

Dilatation du col de l'utérus grâce aux contractions utérines

Chez les femmes enceintes pour la toute première fois, la survenue des vraies contractions utérines est un sujet important, voire préoccupant. Elles peuvent survenir avant ou après la perte des eaux qui d’ailleurs n’est absolument pas systématique !

Les contractions sont souvent une source d’inquiétude et de questionnements : à quoi ressemblent-elles ? Comment reconnaître les vraies des fausses contractions ? Angoisses d’avoir mal et de souffrir ? Dès le 1er mois de grossesse, surtout si vous êtes enceinte pour la première fois, vous serez souvent préoccupée par les célèbres contractions utérines. Ce que vous ressentez est normal.

Les vraies contractions sont pourtant très différentes des fausses contractions !

Chronométrer les contractions utérinesElles ont des caractéristiques bien spécifiques très facilement reconnaissables :

- elles suivent un rythme régulier : on peut noter le temps qui s’écoule entre deux contractions grâce à un chronomètre. Elles sont régulières. Au début, 30 minutes séparent deux contractions, puis au fur et à mesure, l’écart de temps entre deux contractions s’amoindrit : il n’y a plus que 15 mn, puis 10mn, puis 5mn... Les contractions sont donc de plus en plus rapprochées.

- elles augmentent en fréquence : contrairement aux fausses contractions, les vraies ne cessent pas... même avec un Spasfon ! Elles sont de plus en plus fréquentes par tranche d’heure.

- elles sont de plus en plus longues : les premières contractions peuvent passer inaperçues tant elles sont courtes... Mais au fil des heures, chaque contraction est un peu plus longue que la précédente. Lorsque la future maman sera proche de la rencontre avec bébé, les contractions pourront durer facilement 1 minute !

- elles montent sous forme de vague : Imaginez une vague qui monte, qui monte, qui monte, qui monte... et qui redescend lentement. Voilà... Les vraies contractions montent crescendo : la contraction survient, la douleur est légère, facilement supportable... mais au fil des secondes qui passent, la douleur s’intensifie et monte comme une vague pour atteindre le pic de douleur le plus élevé. Une fois que ce pic est passé, la douleur s’estompe lentement, la contraction utérine est partie. Vous ressentez alors un immense soulagement. Profitez-en pour souffler !

- elles augmentent en intensité : la douleur des contractions utérines s’intensifie au fil des heures. Les premières contractions passent souvent inaperçues puisque la douleur est similaire à un simple mal de ventre... Mais plus vous vous approchez de la naissance de votre bout’chou, plus elles sont douloureuses... Pour cette raison, si vous avez vraiment trop mal, vous pouvez demander une péridurale... sans vous sentir coupable ! Chaque contraction est plus douloureuse que la précédente... Vouloir atténuer les douleurs des contractions ne doit surtout pas vous faire rougir ! Bon à savoir : contrairement aux idées reçues, la péridurale n’est pas douloureuse...

A quoi ressemblent les contractions ?

Si vous êtes enceinte pour la première fois, vous ne savez pas à quoi va attendre... c’est d’ailleurs ce qui vous fait peur. Ne soyez pas inquiète. Des milliards de femmes sont passées par là avant vous...

Contractions utérines avant l'accouchementLes sensations que provoquent les contractions utérines diffèrent selon les femmes car nous n’avons pas toutes la même résistance à la douleur. Certaines futures mamans auront l’impression d’avoir simplement mal au ventre. Les contractions sont douloureuses mais pas de la même façon chez toutes les femmes enceintes !

On peut néanmoins comparer les contractions utérines à des crampes, des douleurs menstruelles ou à des spasmes. Les sensations sont quasiment similaires. Les femmes habituées aux règles douloureuses endureront plus facilement les contractions.

Les contractions utérines qui déclenchent la dilatation du col de l’utérus poussent le bébé vers le bas, elles le font descendre vers la sortie, tout simplement. Elles provoquent généralement la perte du bouchon muqueux et peuvent même être accompagnées de la rupture de la poche des eaux.

Que faire pendant les vraies contractions ?

- La positive attitude ! Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que chaque contraction surmontée vous rapproche du moment où vous rencontrerez bébé. Restez positive vous aidera à mieux gérer les douleurs des contractions. Le mental et le corps sont étroitement liés. Un bon état d’esprit vous aidera à augmenter votre seuil de tolérance à la douleur et ainsi, à être plus efficace lors de la phase d’expulsion !

Se détendre pendant les contractions

- Entre deux contractions, profitez au lieu de redouter la prochaine ! Au lieu de profiter du temps de répit entre deux contractions, certaines futures mères font l’erreur de penser à la prochaine : elles ont peur, redoutent et attendent l’arrivée de la contraction suivante et se stressent inutilement. Résultat ? Pendant les moments d’accalmie, les muscles restent contractés, les douleurs sont plus vives et la fatigue augmente. Entre deux contractions, profitez-en pour vous relaxer et vous reposer sans penser à la suivante... détendez vos muscles, demandez au futur papa de vous masser. Profiter de chaque moment de répit vous aidera à savourer les moments d’accalmie pour mieux affronter la survenue des prochaines contractions. Si vous récupérez entre deux contractions, vous serez moins fatiguée et donc plus en forme pour sortir ce bébé !

- Essayez d’être calme et détendue... Le stress et les tensions sont des sentiments à éradiquer ! Ils provoquent la contraction des muscles de votre corps... Et si les muscles sont contractés, les douleurs s’intensifient... En restant détendue et sereine, vous apaiserez les tensions musculaires et diminuerez les douleurs liées au travail.

- Les exercices de respiration ! Quelque soit la méthode de préparation à l’accouchement choisie, vous avez appris des exercices de respiration visant à faciliter le travail et à vous déstresser. Mettez en pratique ce que vous avez appris : pour accompagner bébé hors du ventre et mieux le rassurer, faites vos exercices de respiration : vous oxygénerez à la fois votre corps mais également votre enfant !

- Téléphonez à la maternité : Avant de courir à la maternité, pourquoi ne pas téléphoner ? Vous indiquerez la fréquence de vos contractions et leur durée : la sage-femme pourra ainsi vous donner des conseils pour mieux supporter les douleurs. Elle pourra également vous conseiller quant au bon moment pour partir !

Prendre un bain pour soulager les contractions

- Prenez un bain : Avant de partir à la maternité, faites un petit bain pour vous relaxer. Profitez-en pour savourer les derniers instants que vous vivez en totale symbiose avec votre bébé... Attention ! Si vous avez perdu les eaux, ne faites pas de bain !

- Ne partez pas à la maternité trop tôt ! Il est inutile de partir à la maternité dès les toutes premières contractions, prenez plutôt le temps de vous relaxer chez vous, ce sera plus agréable que d’être à la maternité en salle de préparation... Il faut endurer plusieurs heures de contractions avant la dilatation complète du col de l’utérus. Lorsqu’il s’écoulera 10 minutes entre chaque contraction, partez pour la maternité sans attendre ! Si vous habitez assez loin de l’endroit où vous devez accoucher, partez plus tôt !

- Précautions : Si vous attentez votre 2ème ou 3ème bébé, la phase de travail peut être beaucoup plus courte, tout comme l’accouchement. N’attendez donc pas trop pour partir à la maternité. Le chemin est déjà frayé...

- L’heure du départ ? Vous êtes sur le point de partir à la maternité ? N’oubliez pas de prendre la valise de bébé et la valise de maman !

- N’ayez pas peur d’aller à la maternité même si c’est une fausse alerte ! Mieux vaut prévenir que guérir.

Quelques précautions

>>> Attention ! Il faut être vigilante au moindre signe... quelque soit votre avancée dans la grossesse, partez à la maternité si vos contractions (fausses ou vraies) sont accompagnées de pertes de sang.

>>> Si vous pensez avoir des contractions qui marquent le début du travail avant la date du terme (contractions de plus en plus fréquentes, de plus en plus douloureuses et de plus en plus intenses), consultez sans attendre votre sage-femme.

A la maternité, on pourra vous dire si le travail a vraiment commencé ou si vous êtes en faux-travail. Dans ce dernier cas, les contractions sont semblables aux vraies à l’exception qu’elles n’ont aucune influence sur la dilatation du col de l’utérus. Elles demeurent néanmoins utiles puisqu’elles positionnent le bébé à l’intérieur... Et vous savez quoi ? Le faux-travail précède généralement le vrai travail ! En cas de faux travail trop pénible et trop douloureux, la possibilité d’un déclenchement artificiel de l’accouchement est plausible à condition que la date du terme soit proche et que les conditions le permettent. L’accouchement programmé pour raison médicale est parfois nécessaire lorsqu’il s’agit du bien être foetal. La phase de travail ne démarre pas spontanément, mais elle est stimulée artificiellement par l’administration de médicaments... Une fois la mise en travail entamée, le déroulement d’un accouchement déclenché suit les mêmes étapes que celles d’un accouchement spontané.

N’ayez pas peur des contractions... ce sont elles qui permettent le déclenchement naturel du travail ! Elles sont vos amies... Alors, que puis-je vous souhaiter ? Un magnifique accouchement... et n’oubliez pas de rester calme et détendue !




Un commentaire, une réaction, une question ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

0 commentaire